POPULATION ET REPRESENTATION DU GHETTO : LES FEMMES DANS LE CINEMA NEW JACK

Les films New Jack se caractérisent pas leur univers typiquement masculin dans lequel les femmes n’ont pas vraiment leur place. Rares sont les films New Jack qui mettent en avant  un personnage féminin. Bien souvent celles-ci sont relégués aux  seconds rôles, ceux de petite amie ou encore de mère de famille comme Angela Basset dans Boyz N the Hood.

A l’inverse des ces rôles de petites amies et mères de familles on retrouve aussi une image très mysogine de la femme, celle de la femme fatale. Hyper-sexualisée, et souvent présentée comme vénale (goldigger), la femme fatale des films New Jack est aussi vue comme une menace. C’est le cas dans le film New Jack City où une jeune femme est à l’origine de la fin du gang des Cash Money Brothers en sortant avec le leader Nino Brown (Wesley Snipes) et son bras droit Gee Money (Allen Payne). Cette représentation de la femme, et en particulier de la femme noire, est depuis longtemps présente dans le cinéma américain et même dans les cartoons. Cet archétype de la femme noire lubrique et intéressée  par le luxe est connue sous le de Black Krooker ou de Jezabel.

Représentation de la Black Krooker dans le cartoon "Coal Black and de Sebben Dwarfs" (1943)

Le cas de Just Another Girl on the IRT

Bien que rarement cité lorsque l’on évoque les films New Jack, Just Another Girl on The IRT en reprend pourtant certains codes et son action se déroule dans un quartier urbain défavorisé à majorité africaine-américaine, Brooklyn (New York). Just Another Girl on the IRT a pour particularité d’avoir été réalisé par une femme, Leslie Harris. En effet, rares sont les femmes noires réalisatrices aux États-Unis. Avec ce film Leslie Harris est devenue la première femme africaine-américaine a voir sa réalisation distribuée à l’échelle nationale.

Le film raconte l’histoire d’une jeune femme Chantell Mitchell (Ariyan A. Johnson) âgée de 17 ans et résidant à Brooklyn New-York. Il nous montre donc le ghetto d’un point de vue féminin et aborde les problématiques rencontrés par les femmes évoluant dans cet environnement à travers l’histoire de son personnage principal. L’héroïne fait d’ailleurs l’expérience d’une grossesse précoce, situation bien souvent présente dans les ghettos.

Jada Pinkett Smith dans le film Menace II Society

La grossesse précoce est aussi évoquée dans le film Menace II Society avec le personnage de Jada Pinkett Smith. Celle-ci y interprète Ronnie une jeune mère de famille essayant d’élever son fils, dont le père est en prison, et de quitter la violence du quartier de South Central.

Publicités